Histoire de la Musique (5)

LA CHASSE

C‘est le moment, amis lecteurs, de laisser les temps reculés et leurs habitants derrière nous et de n’y plus penser jusqu’au 2 novembre prochain, lorsque sur les places de villages on jouera du tambour à leur mémoire. Ah ! le temps passe, les larmes coulent et les violons geignent. Mais, d’abord, le violon, d’où vient-il? Très bonne question que celle-ci. Le violon naquit en Italie, peu après la fin des temps reculés. Les femmes en avaient assez d’avoir leurs hommes dans leurs pattes toute la journée. C’est vrai, la cuisine n’est déjà pas bien grande, si en plus les hommes se mettent à y foutre leur bordel, on ne s’en sort plus! L’homme dut trouver lui-même sa nourriture puisque les femmes faisaient la grève, et on pouvait voir à l’époque de jolies manifestations où sur les banderoles était fièrement inscrit au rouge à lèvres: « Plus d’hommes dans nos pâtes! » La femme avait inventé le calembour et l’homme inventa alors un nouvel instrument qui devait imiter le cri des animaux qu’il désirait piéger. Cet instrument, oui oui, c’était bien le violon.

Au début, le violon n’eut pas grand succès car comme l’homme pensait avoir inventé l’appeau, alors il soufflait dedans et rien ne se passait. L’inventeur du violon fut pour cette raison condamné à être dévoré par ses clients insatisfaits qui n’arrivaient pas à se nourrir, et vous savez, le ventre vide, on est tous un peu bougon. Puis, un jour vint où jouant dans les acacias, une petite fille frotta les cordes du violon contre les branches. A ce moment même, tous les animaux qui vivaient dans les talus avoisinants prirent leurs jambes à leur cou en se bouchant le oreilles avec leurs pieds et fuirent sur leurs pattes avant. Sauf le serpent, maudit entre tous les animaux. Quand la petite fille rentra chez elle, elle raconta sa mésaventure à tous les habitants du village. Les gens étaient bouches bées, et les affamés criaient « hip hip hip, hourra! » et ceux qui avaient mangé l’inventeur firent un petit rot gêné, y avait pas de quoi faire les fiers. Le père de la petite fille lui claqua enfin la gueule en lui demandant à quel moment il l’avait autorisée à quitter la cuisine? Et il la renvoya à sa niche car elle avait été vilaine, vilaine, vilaine!

Le lendemain, la première chasse au violon se passa tout à fait bien et tous les ventres furent bien rebondis. Pour chasser au violon il suffisait qu’un groupe d’hommes joue du violon à l’entrée d’un bois et qu’un second groupe d’hommes récupère les animaux apeurés à la sortie du bois avec un grand sac. Ensuite, ils amenaient les bêtes à leur femme pour qu’elle les tue. Les hommes n’étaient en cette âge pas aussi virils qu’aujourd’hui, même pour des Italiens, et ils étaient aussi très maniérés et portaient des couleurs flashies. Cela était dû à la proximité d’Athènes, où se trouvaient toutes les boites de nuit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s