Rapide restauration

Pierre entra au MacDonalds par une belle après-midi ensoleillée. Ça tombait bien, il n’avait pas de lunettes et l’astre-roi lui faisait couler les yeux. De grosses lagagnes se formaient aux coins de ceux-ci, et, à la longue, une épaisse croûte jaunâtre le plongeait dans le noir. Un très joli noir aux reflets ambrés bien plus agréable que le blanc vif qui l’aveuglait sinon. Seulement, ce n’est pas pratique pour savoir où on met les pieds et ses semelles en profitaient pour glisser allègrement sur les crottes encore fraîches des cabots du quartier.

A l’intérieur du MacDonalds il faisait bien meilleur et les milliers de microscopiques gouttes d’huile en suspension dans l’air filtraient magnifiquement les rayons du soleil, projetant aux murs des milliers de petits arc-en-ciels. Si bien que beaucoup pensaient l’établissement Gay-Friendly et s’étonnaient en pénétrant les lieux qu’on n’y diffuse pas la moindre note de musique lounge. Ceux-ci ressortaient alors dans la même foulée en s’énervant qu’on les prenne vraiment trop pour des cons, et que ces commerçants n’ont vraiment pas de figure, et qu’en plus, c’est sûr, c’est sûr, ils ne doivent même pas faire de brunch !

Pierre s’avança vers le comptoir lorsque ce fut son tour de passer commande. La personne derrière la caisse enregistreuse, qu’on appelle hôtesse de caisse dans ces milieux-là, était une femme. Cela pouvait se deviner aux deux protubérances sous le t-shirt et au niveau du torse, aux cils enduits de mascara, ainsi qu’au rouge à lèvres d’un rouge très salope. Précisons toutefois que dans le cas où l’établissement en question eut effectivement été Gay-Friendly, ces éléments n’auraient pas obligatoirement aidé Pierre à discerner le sexe du commerçant. Heureusement pour Pierre, c’était un restaurant très correct dans lequel le moindre petit doigt levé à la saisie d’un gobelet de soda par un mâle eut été moqué, hué et montré du doigt. Pas de l’auriculaire, attention. Pierre put donc reconnaître, avec une facilité inouïe, la personne lui faisant face comme membre de la gent féminine. Son cœur put alors se mettre à battre très fort, ses mains purent se mettre à tordre les doigts l’une de l’autre, et ses lèvres se mettre à bafouiller.

Ce jour-là il prit une gr-grande fri-it-teu-teu, un co-co-ca-ca-co-co-la ainsi qu’un ma-queue-ma-queue-queue-bècque-con.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s