Vil(l)e

Je traine dans les rues de Montpellier et putain, quoi qu’y a comme conneries ! Le pire c’est les boutiques ; je les ai en horreur. Chaque magasin est un gouffre sans fond qui avale le petit cul que l’on suivait dans les artères sinueuses de la ville en bon mâle en manque que nous sommes tous, même les femmes. Je hais toutes ces portes ouvertes à la manière des églises où ces fesses qu’on suit au fumé viennent chercher asile lorsque les regards poisseux pèsent trop lourd sur leurs courbes graciles. Ah, les échoppes assassines ! J’en crèverai ! Chaque femme qui rentre aux Filles à la vanille me donne envie de la fourrer comme un Choco Prince. Moi de la vanille j’en ai en stock, chaque jour renouvelée, et de la bio. Cette ville sent le sexe et je respire à pleins poumons.

Je m’assieds dans un bar au hasard, à la terrasse, et j’observe le défilé; je ne suis pas déçu. Toutes les formes et tous les coloris. Sur les pavés les pieds s’usent et suintent sans qu’on y fasse attention. Dans les villes, où on marche tant, seules les chaussures savent que les mieux apprêtées des bourgeoises puent autant des petons que la plus crade des hippies. Les chaussures en savent tellement. D’ailleurs, je ne regarde plus que ça ; les chaussures en savent long, et assez, sur leur porteur. Chaussures luisantes et pointues pour les plus distingués, ballerines pour les fausses filles sages, baskets pour les actifs, bottes hautes et noires: dépressifs, chaussures en croute pour les ruraux et tongs pour les gros cons.

J’ai assez bu, je m’arrache donc. Pérégrinations crépusculaires ; c’est beau une ville quand la nuit tombe; on fait son deuil de la journée et on attend le noir complet pour atteindre enfin l’état de grâce suprême. On sent l’extase poindre tout doucement, nous envahir, depuis le bas-ventre jusqu’aux oreilles en crescendo avant de débouler, furieuse, à nos tempes, tambourinant sans cesser de violents rythmes chaotiques. On espère alors qu’au cœur du soir on pénètrera finalement le septième ciel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s